9782266195584

 Résumé

 La villa est magnifique, l’été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a 17 ans. Elle ne connaît de l’amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s’amusent, ils n’ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d’une femme de cœur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

Mon avis :

Cécile est une jeune étudiante de 17 ans, sortie de pension il y  a 2 ans, qui va bientôt passer sa licence. C'est elle qui raconte l'histoire, au coeur de l'été, dans une villa de la Côtes d'Azur en compagnie de son père et la maîtresse de ce dernier. Ensemble, ils mènent une vie de légèreté, sans soucis ni préoccupations, sans efforts ni contraintes, comme une parenthèse entre ce qui semble être leur "véritable" vie à Paris. Ils sont heureux, riches et simples, n'ont besoin de personne. Seulement l'arrivée d'une femme, Anne, va troubler l'équilibre trouvé par cette "famille" dans la langueur et les liaisons sans importance.

Cette légèreté que l'on retrouve surtout chez Cécile, la jeune narratrice, est extrêmement bien retranscrite dans le style d'écriture de l'auteur. C'est un style qui a su se révéler beau, voir touchant, mais qui reste dans l'ensemble très sobre, efficace, et donne une ambiance de pesanteur. C'est comme si le soleil brûlant alourdissant les pensées des personnages. Enfin, ceci est un ressenti très personnel, peut être dû à mon état d'esprit lors de la lecture.

L'histoire est principalement axée sur les émotions et les ressentis de la jeune Cécile, qui, dans son rôle d'adolescente en quête de soi, ne saura jamais se fixer sur ses sentiments à l'égard du couple récemment formé par son père et Anne. Pareils à un drapeau, ses sentiments vont osciller en fonction de nombreux facteurs et ne sauront rester fidèles à eux-même. D'où un bon nombre de complications.

Alors si l'hitoire n'a rien de grandiloquente ou de romanesque, elle reste marquante par son intensité mêlée d'un je-ne-sais-quoi de sans importance. Ça doit être la vie, la vraie, qui vibre à travers les lignes de Françoise Sagan, en criant : "Ceci est un témoignage !". S'il ne vous captive pas, ce livre vous laissera méditatif.