new-year-animation-images

Pour commencer, je vous souhaite à tous une excellente année, j'espère qu'il vous arrivera les meilleures choses (dénotez mon léger manque de conviction, je suis convaincu que ce qu'il arrivera ne dépend que de vous ^^) !! Mais bon cela fait toujours plaisir de le souhaiter ou de recevoir d'heureux souhaits.

J'entame donc ici mon bilan de l'année 2014 pour le Coin Littéraire d'Aristed. Tout d'abord, je suis très fier de contaster que le blog a fêté cette année son deuxième anniversaire, et qu'il continue à vivre.

Néanmoins, la fréquence de publications est en baisse, ce qui est sans doute dû au fait que je ne lise plus énormément. On regarde ça de plus près tout de suite.

Cette année, c'est un peu plus de 30 critiques de livres qui ont été publiés. Chiffre en baisse depuis les 50 de l'année dernière. Mais je vais arrêter de comparer ici et plutôt me concentrer en détails sur les livres qui m'ont marqué. Voici donc mes COUPS DE COEUR :

- L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafón. L'un des plus gros coups de coeur de cette année. 630 pages haletantes et splendides, avec de nombreuses histoires qui s'entremêlent tout au long du récit pour un final à couper le souffle. L'atmosphère du livre est sublimée par la Barcelone de l'époque, obscure et sanglante, rongée par la guerre civile. Un livre inoubliable.

Nos étoiles contraires de John Green. Un chef d'oeuvre dont le succès fut mérité à travers tous les lecteurs jeunesse du monde. Plein d'émotions, pétillant de vie, brillant comme une étoile et très émouvant, Nos étoiles contraires fut ce que j'ai lu de plus bouleversant cette année.

Le Baron Perché de Italo Calvino. Un livre très doux, très puissant, et si léger que l'on dirait parfois un conte. Un livre qui nous emporte aisément sous les ramures des branches des arbres, où l'on suivra notre cher baron tout au long de son incroyable destinée. Tendre un fragile, un petit bijoux.

Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Ou la peinture effrayante d'une société qui pourrait devenir la nôtre. Un livre choc qui nous amènent à nous poser de nombreuses questions, mais également à la poésie innatendue.

- Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants de Mathias Enard. Une plongée vertigineuse dans la poussière de l'Orient, aux côtés de Michel-Ange. On ne rentre pas facilement dans ce livre, mais à la fin je n'ai pu que l'admirer. Il m'a profondément marqué, pas à la manière des autres livres. L'intense poésie qui nous fait vibrer à travers ses lignes semble respirer tout ce que contient ce livre : de l'amour, de la haine, des regrets et des trahisons, des batailles, des rois et des éléphants. A la fois étourdissant et prodigieux.

Ce sont tous d'excellents livres qu'il me sera difficile d'oublier.

 

Au niveau des déceptions, il y en a bien sûr quelques unes également. On passe alors à mes COUPS DE GUEULE :

- L'élégance du hérisson de Muriel Barbery. Ce livre m'est apparu prétentieux et vain au final. Beaucoup de clichés qui parsèment le livre, des actions qui se traînent, des personnages auxquels je n'ai pu m'attacher... Ces quelques 400 pages m'ont surtout paru fastidieuses.

Héros de l'Olympe t. 1 : Le Héros perdu de Rick Riordan. La suite tant attendue par de nombreux fans de Percy Jakson. Je fait parti de grands fans de Percy Jackson. Un peu moins de ceux qui attendaient la suite, qui s'est révélée comme je m'y attendais : inutile, sans innovations. L'auteur s'essoufle à vouloir rendre sa nouvelle série plus entraînante encore, avec des quêtes plus dangereuses et des personnages plus marrants... Mais c'est raté. Ce ne sont que des redondances fatiguantes, car on à l'impression d'assister à un duel entre laquelle des deux séries fera le mieux. Une insulte à la série Percy Jakson.

Dead Zone de Stephen King. Je m'attendais à bien mieux de la part du maître incontesté du polar américain. Coup de gueule d'abord au niveau de la traduction bidon et de l'édition bidon, mais coup de gueule surtout pour le scénario qui manque un peu d'efficacité et qui ne semble pas si bien maîtrisé. Pas très addictif malgré un suspense pourtant présent, Dead Zone rate à vouloir captiver le lecteur. Pour moi le brouillon d'une oeuvre qui pourrait se révéler bien meilleure.

 

Voici donc la fin de ce bilan lecture. J'espère sincèrement lire plus l'année prochaine, et également essayer d'entretenir et surtout d'apporter du nouveau à ce blog. Je souhaite également à tous les blogueurs que je connais beaucoup de réussite dans leur blog, et ailleurs aussi. En attendant je vous dis au revoir à tous, et encore bonne année.