Auteur : Michael GrantGONE t1

Editeur : Pocket Jeunesse

Traduit de l'anglais (américain) par : Julie Lafon

Pages : 588

Prix : 19.30 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé :

IMAGINEZ...
En plein cours d'histoire, ils sont en train de prendre des notes quand tout à coup... plus de professeur ! Affolés, ils sortent de classe et se rendent compte qu'il n'y a plus aucun adulte. Comme s'ils étaient évaporés. En fait, tous les êtres humains de plus de 15 ans ont disparu. Plus incroyable encore, ceux qui restent développent des super-pouvoirs mais ils ne parviennent pas encore à les maîtriser...

Cette aventure extraordinaire est arrivée à Sam, 14 ans, et tous les enfants de la petite ville californienne de Perdido. Passé la première période d'euphorie, les enfants doivent maintenant s'organiser pour survivre. Qui va s'occuper des bébés et des malades ? Comment trouver de la nourriture ? Autant de questions vitales à résoudre en urgence ! Sam devient malgré lui l'un des responsables de l'organisation mais, bien vite, il va devoir affronter d'autres chefs de bandes, aux idées beaucoup plus sombres...

Mon évaluation :

Livre : 8/10

Écriture : 4/5

Suspense : 4/5

Originalité : 3/5

Addictivité : 4/5

Personnages : 3/5

Mon avis Malgré quelques incohérences ou quelques fautes, GONE nous tient en haleine par son réalisme et sa trame bien ficelée

J'avais commencé à lire GONE par pure curiosité il y a un peu plus d'un an, et j'avais assez vite lâchée. Les réactions des adolescents lors de la disparition de leur prof étaient vraiment mauvaises, avec en plus des traces d'humour (en était-ce vraiment ?) raté : Quinn répétant "Il a fait pouf". Bref, je voyais ce livre comme une oeuvre bien trop légère, avec des personnages peu profonds, aux réactions peu crédibles. Il faut dire aussi que la phrase sur le livre : "Qui n'a jamais rêvé d'un monde sans adultes ?", premièrement ne reflète pas bien la mentalité du livre, et deuxièmement fait penser que ce livre s' adresse à une catégorie de lecteurs sans beaucoup de maturité.

Pourtant, toute la blogosphère de lecture ne faisait qu'acclamer ce livre, avec force compliments et hourras. Je l'ai donc emprunté à nouveau, et, peu confiant, je me suis plongé dans la lecture. Le début m'a laissé la même impression que la dernière fois, mais après cette mauvaise impression passée, le livre m'a vraiment absorbé. Car une fois que la situation est là, bien implanté, que la Zone, avec ses murs infranchissables, nous enferme en compagnie des personnages, nous sommes bien obligés de faire avec (mais c'est avec grand plaisir).

Heureusement, Grant ne s'occupe pas uniquement du petit bien-être ou des petites actions de ses personnages principaux, mais il assume totalement ce qu'il a crée et montre au lecteur l'étendue du désastre. Personne pour s'occuper des enfants, des blessés, un ravitaillement qui repose sur les réserves (s'épuisant inexorablement), de très jeunes enfants qui se retrouvent seuls dans leur maison et qui périssent... Bref, les jeunes doivent s'occuper d'eux-mêmes, mais aussi de ceux qui ne peuvent le faire. On sent bien que l'organisation des enfants après l'incident a été bien travaillé, car elle est très crédible. Bon, cela l'est un peu moins avec l'arrivée des élèves du pensionnat Coates, mais le suspense et le mystère prendront alors bien plus de place.

Le mystère de la Zone est entier, ainsi que celui de la disparition des plus de 15 ans. Les personnages se poseront beaucoup de questions, nous laissant nous aussi dans le mystère. On y trouvera bien une réponse partielle, c'est d'ailleurs un moment que j'ai trouvé particulièrement fort.

Grant a très bien écrit son scénario, nous laissant rarement souffler. Il n'y aura jamais qu'une seule intrigue, une seule action en cours. Bien évidemment tout se rejoindra à un moment ou à un autre de l'histoire. J'ai malheureusement trouvé la raison du principal conflit, entre Caine et Sam, un peu faible, surtout dans l'environnement dans lequel ils se trouvent. Mais l'intensité de ce conflit nous le fait un peu oublier.

Il y a tout de même une oppostion un peu mauvaise entre le "couple" Caine-Diana et Sam-Astrid. D'un côté, deux personnages aux cheveux et yeux sombres (les méchants) et de l'autre, deux personnages aux cheveux et yeux clairs. Bravo le cliché et l'image...

Je pense que la plus grande incohérence du livre se trouve dans la mentalité des personnages, bien trop évoluée pour leur âge. J'avais parfois beaucoup de mal à m'imaginer que certaines étaient moins âgés que moi.

Mais ces quelques défauts n'ont pas su vraiment altérer l'addictivité du livre, son action, son mystère. On a vraiment envie de savoir ce qu'il adviendra de la Zone, de ses habitants, car pour le moment l'auteur gère très bien tout cela. J'ai donc la certitude de lire les prochaines tomes, en espérant que quelques défauts, quelques incohérences, disparaîtront, et que ne s'épuise pas le scénario si riche et si bien ficelé jusqu'à maintenant.