9782253035268-TAuteur : Stephen King

Edition : Le livre de poche

Traduit de l'anglais par : Richard Matas

Pages : 352

Prix : 6.60 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé :

Greg Stillson, candidat à la Maison-Blanche, est un fou criminel, grand admirateur de Hitler et d'autres maniaques de l'extermination. Quand il sera élu, ce sera l'Apocalypse. Un seul homme le sait : John Smith, car il est doué d'un étrange pouvoir qui lui attire pas mal d'ennuis, il devine l'avenir. Il n'y a rien de réjouissant à cela. Il peut prévoir les accidents, les catastrophes, les hécatombes. On ne le croit pas, ou alors on le croit trop.
John Smith n'a encore rien dit de ses prémonitions. Pourtant, le candidat à la présidence des Etats-Unis est un dément. Que fera John Smith pour son pays ?

Mon évaluation :

Livre : 5/10

Écriture : 2/5

 Suspense : 3/5

 Originalité : 3/5

 Addictivité : 2/5

 Personnages : 3/5

Mon avis: Dead Zone manque un peu d'efficacité, pour un scénario pas si bien maîtrisé

Stephen King est aujourd'hui connu comme étant le maître du roman populaire fantastique et du suspense. La plupart de ces livres sont de grands succès, c'est donc avec confiance et curiosité que j'ai ouvert pour la première fois l'un de ses romans. Mais selon moi, Dead Zone ne s'est pas révélé à la hauteur.

Premièrement, en plus d'être en partie fausse, la quatrième de couverture nous en dévoile beaucoup trop. Elle dévoile la deuxième partie du livre, la plus importante normalement, alors qu'elle aurait très bien pu planter le scénario en décivant la première partie. Je dis qu'elle est en partie fausse, car premièrement, Greg Stillson n'est pas encore candidat à la Maison Blanche, et car deuxièmement on n'aura aucune preuve que cet homme est un criminel, fou dangereux et adorateur d'Hitler. Certes, il y a pas mal d'indices qui peuvent nous mettre sur la piste, mais aucune preuve ; quand à l'admiration de Stillson pour les "maniaques de l'extermination", John Smith, le personnage principal, ne fait que se poser des questions.

Ensuite, on voit clairement que le point culminant de l'oeuvre est a deuxième partie du livre, autour de Greg Stillson. Seulement, dans le livre, c'est la première partie qui occupe le plus de place, là ou John Smith se voit confronté à un tueur en série. C'est là où les sentiments sont le mieux travaillé, où l'ennemi est plus concret, et où il se passe le plus de chose. Néanmoins, le fait de ne pas en parler lors de la quatrième de couverture nous fait en quelque sorte languir, on attend durant cette première partie, et donc on passe un peu à côté. Inévitablement, à la lecture de la deuxième partie, on ne peut donc s'empêcher d'être déçue Un peu la faute à l'édition, donc, mais aussi surtout la faute au scénario. On en aurait attendu plus de la part de la deuxième partie, celle qui promettait quelque chose pourtant.

Ensuite, l'édition (j'entend également par là la traduction) est plutôt mauvaise. J'ai eu la mauvaise surprise de lire des phrases parfois non terminées (si si, je vous assure), qui nous voulaient rien dire ou des mots qui se répètent.

Le suspense est sinon plutôt bon, en fait surtout dans la première partie, même si cela n'a pas rendu la lecture addictive pour autant. Il y a heureusement beaucoup de rebondissements et de retournements de situation dans le livre. L'idée générale est plutôt bonne, et c'est quand même crédible. Stephen King ne s'évertue pas à rendre la vie de ses héros belle et heureuse, ni la fin du livre, que j'ai bien aimé. Je ne veux pas vous spoiler la fin, mais je peux quand même vous dire que l'action du héros ne prend pas beaucoup de sens, étant donné que Stillson ne nous apparaît pas vraimet comme la pire vermine.

Bref, je ferais un peu plus attention au prochain livre de S. King que j'ouvrirais, en me fiant un peu plus aux critiques. Malgré ses défauts, si j'ai mis la moyenne à ce livre, c'est tout de même que sa lecture ne m'a pas été si désagréable...