foucault_0

 

Salut à tous !

Aujourd'hui, je vais vous parler du Magazine Littéraire, une revue mensuelle à laquelle je suis fraîchement abonné. Je l'ai reçu il y a quelques semaines pour la première fois, et je vais essayer de vous le décortiquer un peu en vous donnant mon avis.

Dans l'ensemble, ce que j'ai remarqué en premier, c'est que ce magazine n'est pas vraiment accessible à tous. Il est très pointu, possède de nombreuses références, sans jamais vraiment les expliquer. J'ai donc eu la plupart du temps du mal à les comprendre. Heureusement, je m'accroche et je suis motivé, sinon j'aurais déjà laissé tomber depuis longtemps. Pourtant, cela ne veut pas dire que je n'ai rien appris. C'est juste que j'ai eu la très nette impression de passer à côté de beaucoup (beaucoup) de choses. J'imagine qu'avec le temps, je m'y habituerais, j'apprendrais, et ça ira mieux. Ensuite (je continue dans la même lancé), le vocabulaire est très professionnel, j'entend par là qu'il utilise des mots bien spécifiques au domaine de l'étude ou de la critique littéraire. Et c'est normal, me diriez-vous, c'est un magazine littéraire, alors certes, mais c'est pour appuyer mon argument expliquant que cette revue n'est pas accessible à tous.

Passons au cas par cas.

Le magazine commence avec une "enquête sur l'art d'aimer", rédigée par un rédacteur, avec à l'appui des oeuvres de différents auteurs. Dans l'ensemble, je l'ai plutôt bien comprise, même s'il m'arrivait à certains moments de décrocher un peu, et de simplement lire avec les yeux (sans vraiment comprendre). Mais le sujet est assez intéressant, même s'il peut sembler convenu à première vue (ne faites pas attention aux rimes, mon double poète prend parfois le dessus). Cette étude, en plus de nous donner un peu à réfléhir et à s'élargir l'esprit sur l'art d'aimer, nous offre une belle sélection de livres ou d'essais sur l'amour, dans tous ses états.

Ensuite, il y a la rubrique "La vie des lettres", plutôt étoffée, car elle comporte 15 pages en tout. Son seul défaut, selon moi, est que le titre n'est pas exactement judicieux : en effet, on y parle beaucoup de réédition, ce qui est assez lassant. Pourquoi parler de livres déjà publiés auparavant ? J'ai trouvé certains articles un peu "morts", ou du moins qui ne parlent de rien de nouveau. Mais sinon, on y trouver beaucoup de choses, des "A lire", "A voir" ou encore "A écouter". On pourrait donc être surpris d'y trouver des petits articles sur des pièces de théâtre portant le nom d'Arthur Rimbaud, des vieilles adaptations du livre Les Misérables, la meilleure selon le magazine, des expositions culturelles ou encore des festivals.

Ceci laisse place à la rubrique "Critique", comportement elle aussi presque 15 pages. J'ai été content de découvrir cette section, susceptible de m'aider à améliorer mes critiques personnelles.  Certaines critiques sont plus longues que d'autres, certaines étudient le livre plus longuement et plus en profondeur, et le lecteur voit très bien qu'il a affaire à des pros. Pourtant, ce que je pourrais reporcher à cette rubrique, c'est que, pour le moment, je n'y ai trouvé aucun avis négatif. Alors la sélection des livres seraient-elle ciblée ? Ce serait bien dommage, car il est toujours bon de savoir quels sont les livres à ne pas lire (pour ceux qui suivent les critiques) ou comment exprimer son mécontentement suite à une lecture (pour ceux qui, comme moi, veulent en prendre de la graine). Sinon, les chroniques sont bien complètes, alternant infos glanées sur le livre ou sur l'auteur, réactions de l'auteur, avis personnels et avis du grand public. Point positif ; cela m'a donné envie de découvrir de nouveaux livres. Ah oui, et ici aussi on parle de livres réédités, ce que j'aime moins...

La magazine passe ensuite au dossier, et là, c'est le grand jeu. Pour les débutants comme moi, il faut s'accrocher, et veiller à ce que rien ne puisse nous déranger dans notre lecture. A la moindre erreur, on perd le fil, et c'est la chute. Donc, le dossier, qui dans ce magazine parle principalement de Foucault, sa vie et ses oeuvres, comprend 35 pages, ce qui est, vous en conviendrez, assez balèze (compte tenu de la taille de la police). Le dossier est divisé en plusieurs parties, rédigées à chaque fois par un rédacteur différent. Evidemment, moi qui ne connaissais pas Foucault, maintenant je le connais, mais je suis sûr de ne lire aucun de ses livres pour le moment. Un dossier aussi long, aussi pointu, et qui parle d'un auteur auquel je m'intéresse moyennement, tout cela n'a pas vraiment de quoi me motiver. Bon, le dossier aborde tout de même des sujets un peu différents de Foucault lui même (comme par exemple l'homosexualité), mais en gardant toujours un lien avec le thème principal. Le dossier contient tout de même des choses auxquelles je me suis intéressé : la biographie en date de Foucault (que j'ai lu avec attention, j'ai toujours été intéressé par la vie des écrivains, allez savoir pourquoi), des photos de documents exhaustifs ayant été rédigés à la main par l'auteur et exposés à la BNF ou des entretiens. La prochaine partie du dossier risque de m'intéresser : "Voir, lire, écrire". Je pérsevère tout de même dans ma lecture, et je suis persuadé que le prochain dossier pourra plus m'intéresser.

Le magazine contient ensuite un grand entretien, fait avec Eduardo Mendoza, l'un des "meilleurs conteurs européens". Il s'agit d'une interview assez complète, précedée d'une courte introduction à l'auteur. J'ai très bien réussi à suivre, et j'ai même apprécié, sans doute parce qu'une interview est plus facile à suivre qu'un dossier.

Après quelques chroniques, le magazine s'achève par un Cadavre Exquis ("chaque mois, un nouvel écrivain prend la suite de notre feuilleton"). Le résumé du premier épisode est sans doute un peu trop concis, ce qui fait que je n'ai pas pu comprendre à merveille les éléments nouveaux qui se déroulaient. Cele ne m'a pas empêché d'apprécier le style léger et fort, aux accents de vécu, de Bertrand Leclair, l'écrivain qui a pris la suite ce coup-ci. J'ai néanmoins trouvé qu'il était dommage de restreindre ainsi le nombre de personnes susceptibles de participer, je suis sûr que certains lecteurs auraient aimé tenter leur chance.

J'espère donc comprendre un peu plus de choses la prochaine fois, même si, je le sais bien, on apprend avec le temps. J'espère également que le dossier abordera un sujet où je possède quelques bases, histoire de ne pas être perdu dès le début et de ne pas batailler pour comprendre certaines choses. Néanmoins, cela me détend un peu de lire cela, de la littéraure pure et dure (mais peut-on ainsi la qualifier ?), ce qui me prouve que je suis passioné. Je vous ferais part de mes impresssions sur le prochain numéro dans un mois.