la-solitude-des-nombres-premiers-3756-250-400

Résumé :

Les nombres premiers ne sont divisibles que par 1 et par eux-mêmes ; soupçonneux et solitaires, certains possèdent cependant un jumeau dont ils ne sont séparés que par un nombre pair. Mattia, jeune surdoué, passionné de mathématiques, en est persuadé : il compte parmi ces nombres, et Alice, dont il fait la connaissance au lycée, ne peut être que sa jumelle. Même passé douloureux, même solitude à la fois voulue et subie, même difficulté à réduire la distance qui les isole des autres. De l'adolescence à l'âge adulte, leurs existences ne cesseront de se croiser, de s'effleurer et de s'éloigner dans l'effort d'effacer les obstacles qui les séparent. Paolo Giordano scrute avec une troublante précision les sentiments de ses personnages qui peinent à grandir et à trouver leur place dans la vie. Ces adolescents à la fois violents et fragiles, durs et tendres, brillants et désespérés continueront longtemps à nous habiter.

Mon évaluation :

Livre : 6/10

Écriture : 3/5

Originalité : 4/5

Addictivité : 2/5

Personnages : 3/5

Mon avis : Un livre plutôt original et intéressant, mais dont je n'ai vraiment pas saisi le sens

Tout au long de ma lecture, je n'ai cessé de me demander quelle note allais-je bien pouvoir lui mettre, quelle critique émettre envers lui. Vraiment, je ne ressentais pas grande-chose. C'est le genre de livre où, après avoir tourné la dernière page, je ferme doucement le livre, je plisse les yeux et je ne comprend pas vraiment. C'est un peu ça. Pour ce livre, j'ai pas compris. Son but, le message qu'il voulait nous faire passer, les sentiments qu'il voulait nous évoquer...

Rien que le début est absolument déroutant. Alice, une des deux personnages principaux, nous raconte que, chaque matin, à sa leçon de ski, n'en pouvait plus, elle se fait pipi dessus. Bon, d'accord, à son âge, ce n'est pas extraordinairement hors du commun, mais bon, quand même ! Et en plus, au moment de raconter l'histoire, elle ne se fait pas seulement pipi dessus (si vous voyez ce que je veux dire). Et l'auteur ne met vraiment pas de gants pour nous le dire, allant jusqu'à employer le verbe "se chier dessus". Concédez que, comme début, on peut difficilement faire plus... perturbant.

Je ne vais pas faire du cas par cas sur l'histoire, car il y a beaucoup de passages dont je n'ai pas su quoi penser. En tout cas, dans mes chroniques, vous avez sans doute pu remarquer que j'aime les "hymnes formidables à la vie", ou à l'espoir, etc. Bon, pour moi, ce livre est plus un hymne formidable à la dépression. Certes, la souffrance et l'exclusion de ces deux adolescents (qui deviendront adultes) ne m'a pas toujours laissé de marbre, et j'aime beaucoup être ému dans un livre. Mais à la fin, le sentiment que je ressentais, c'était plus de la dépression que de la tristesse.

En fait, il ne se passe pas beaucoup de chose dans ce livre. On a l'impression que les deux adolescents s'aiment, mais ils ne feront jamais rien, ils en seront bien incapables. Et c'est plutôt frustrant. Parce que cette situation s'éternise sur un peu plus d'une décade ! Et leur capacité à s'intégrer dans la société sera aussi forte que leur capacité à faire le "premier pas" l'un envers l'autre (pratiquement nulle, donc).

Le style de l'auteur est assez agréable, disons que c'est celui qu'il fallait pour ce livre. J'ai vraiment apprécié la capacité de l'auteur à planter dans son scénario des petits détails insignifiants de la vie, ces petits "rien du tout" si présents dans notre vie à nous mais pas dans les livres. Cela donne énormément de réalisme et de profondeur au livre, selon moi.

Et la fin... Tâchons de ne pas m'énerver, ni de ne rien vous spoiler. Disons qu'il se passe quelque chose à couper le souffle (oui oui, vraiment) et qu'on en restera là. Alors que cet évènement pourrait faire basculer la vie des deux personnages, ils en resteront au même point. Extrêmement inutile et énervant pour le lecteur. Si on pourrait s'accorder à dire que j'ai compris le sens du livre, le fait d'avoir compris la fin serait à des années-lumière de là.

Donc oui, après avoir fermé la dernière page, j'ai plissé les yeux, et j'ai décidé de passer à autre chose. Ne vous imaginez pas que je n'ai pas réfléchi au sens du livre, loin de là ! Je n'ai même pas eu l'impression de passer à côté de quelque chose. C'est pourtant un livre que je pourrais vous conseiller, mais pas en premier, ni en vous disant que c'est un livre génial. C'est juste qu'il sort du lot.