un-secret-2072552-250-400

Résumé : 

Souvent les enfants s'inventent une famille, une autre origine, d'autres parents. Le narrateur de ce livre, lui, s'est inventé un frère. Un frère aîné, plus beau, plus fort, qu'il évoque devant les copains de vacances, les étrangers, ceux qui ne vérifieront pas... Et puis un jour, il découvre la vérité, impressionnante, terrifiante presque. Et c'est alors toute une histoire familiale, lourde, complexe, qu'il lui incombe de reconstituer. Une histoire tragique qui le ramène aux temps de l'Holocauste, et des millions de disparus sur qui s'est abattue une chape de silence. Psychanalyste, Philippe Grimbert est venu au roman avec La Petite Robe de Paul. Avec ce nouveau livre, couronné en 2004 par le prix Goncourt des lycéens et en 2005 par le Grand Prix littéraire des lectrices de Elle, il démontre avec autant de rigueur que d'émotion combien les puissances du roman peuvent aller loin dans l'exploration des secrets à l'œuvre dans nos vies.

Mon évaluation :

Livre : 8/10

Ecriture : 4/5

Originalite : 4/5

Addictivité : 2/5

Personnages : 3/5

Mon avis : Une autobiographie peu commune, à l'époque de la 2nde Guerre Mondiale

Je devais lire Un secret pour le français, ce n'était donc pas un choix. Au début, j'avoue que ce livre m'a fait l'effet d'un livre, justement, que l'on doit lire pour le français ; c'est-à-dire pas terriblement affolant (pas du tout, même). Le narrateur est vraiment étrange, et il nous fait part de sa vision des choses qui peut se révéler parfois presque malsaine. D'abord, là où il est étrange, c'est parce qu'il s'invente un frère. Un frère plus grand, plus beau, plus fort, un frère qui le domine. Et il se plaît à se situer en-dessous de lui. Il est aussi passionné d'anatomie, et pense à des corps humains qu'il a vu la journée pendant la nuit. Il aime bien regarder les vêtements des gens pour les imaginer dedans, et... Stop ! Ben quoi ? Cela ne vous plaît pas ? Bon, trêve de plaisanterie, le début est assez... disons étrange.

Mais quand le récit de Louise, sa voisine bienveillante, commence, et qu'elle lui révèle le lourd secret qui pèse sur ses parents, là ça devient intéressant. L'histoire se fait plus emballante, et il m'a même semblé que le style d'écriture se faisait plus poétique vers la fin. Elle ma donc laissé une bonne image.

L'histoire est originale. Je ne peux pas dire qu'elle est recherchée, puisque c'est du vécu, mais le talent de l'auteur réside dans le fait de savoir capter des moments précis, des détails infimes, qui font toute la force et la beauté du texte. Il y a tout de même certaines incohérences, car c'est Louise qui raconte le récit, or parfois on sent bien qu'on est dans le point de vue d'un autre personnage, et ses pensées nous sont retranscrites. Et des pensées parfois très intimes. Je ne pense donc pas que ces personnages visés aient dit leur pensée à Louise. Mais bon, c'est quand même un détail assez infime, surtout que sans ces pensées, et bien le texte n'aurait pas été aussi bon.

Même si le style de l'auteur est assez simple, je l'ai beaucoup aimé, car dans cette simplicité, il y a un peu de poésie - et beaucoup de talent. J'ai eu quand même du mal, à certains moments, à croire que c'était du vécu, mais c'est un peu la même chose avec toutes les autobiographies.

Le secret dévoilé se révèle lourd est complexe, ce qui rend le texte d'autant plus fort. La fin est très triste, mais à la fois très poétique. Elle m'a un peu faite penser à la fin du livre Le Combat d'Hiver, de Jean-Claude Mourlevat. J'en ai eu presque les larmes aux yeux, surtout que c'était vraiment bien écrit. Vraiment, cette fin est touchante, voir plus que ça.

Je vous conseille donc ce livre, même si vous avez du mal vers le début, vous risquez d'être pris par le récit par la suite. Et si vous êtes amateur de fin émouvante, n'attendez plus !