10 octobre 2013

Guy de Maupassant - Bel-Ami

bel-ami-97153-250-400Résumé :

Georges Duroy, dit Bel-Ami, est un jeune homme au physique avantageux. Le hasard d'une rencontre le met sur la voie de l'ascension sociale. Malgré sa vulgarité et son ignorance, cet arriviste parvient au sommet par l'intermédiaire de ses maîtresses et du journalisme. Cinq héroïnes vont tour à tour l'initier aux mystères du métier, aux secrets de la mondanité et lui assurer la réussite qu'il espère. Dans cette société parisienne en pleine expansion capitaliste et coloniale, que Maupassant dénonce avec force parce qu'il la connaît bien, les femmes éduquent, conseillent, oeuvrent dans l'ombre. La presse, la politique, la finance s'entremêlent. Mais derrière les combines politiques et financières, l'érotisme intéressé, la mort est là qui veille, et avec elle, l'angoisse que chacun porte au fond de lui-même.

 Mon avis :

Bel-Ami de Maupassant est un livre allégorique, écrit par une plume experte et fluide, un roman bien représentatif de la société parisienne en cette fin de XIXè siècle. Georges Duroy, jeune homme arrogant et séducteur au physique avantageux, se trouve presque au plus bas de l'échelle sociale. Il gagne quinze cent francs par an, soit à peine de quoi finir ses fins de mois. Il envie et méprise tous les bourgeois, tous ces hommes "gras et opulents" qui croulent sous la richesse. 

C'est sa retrouvailles avec Forestier, un vieil ami de garnison, qui marquera le début de son ascension sociale. Forestier est devenu journaliste à La Vie française, où il gagne sa vie très confortablement. Par amitié et par pitié pour Georges, il lui propose d'écrire un article pour La Vie française. Mais pour cela, il faut le lancer ; Forestier invite donc son ami à dîner chez lui, où sera invité la directeur de La Vie française, son épouse, la femme de Forestier et d'autres plus ou moins éminents personnages. Pour la première fois, Georges portera un habit, un vrai (qu'il a loué). Il trouvera cela formidable. Alors qu'il prend la parole, durant le dîner, pour conter une de ces aventures en Algérie, la directeur, Mr Walter lui proposera d'écrire un article là-dessus. Enchanté, Duroy s'y attellera aussitôt rentré chez lui. Mais c'est la première fois qu'il écrit quelque chose, et il n'y parvient pas. Les mots ne viennent pas, la construction des phrases non plus. Il ira alors quérir l'aide de forestier, qui le reconduira vers son épouse, lui certifiant qu'elle y est habitué. Il lui racontera donc son voyage en Algérie, et elle fera naître de cela un récit absolument délicieux, que le journal publiera avec enthousiasme.

Et de ce début partira une longue carrière, brillante pour Duroy, qui par la suite s'offrira même le luxe de se payer un nouveau nom: Du Roy de Cantel. A la mort, de Forestier, il épousera sa femme, entretenant toujours une liaison secrète avec Mme Marelle, puis avec Mme Walter, la femme de son patron. Ce sont ces femmes-là qui lui garantiront son succès. Ses seuls doutes, il les éprouvent lorsque Mme Forestier lui demande d'apposer sa signature pour un article qu'elle a elle-même rédigé, ou quand Mme Marelle lui paye son loyer ou lui fait l'aumône en glissant des pièces d'un louis dans les poches de son veston.

Mais Bel-Ami, rusé et débrouillard, sachant toujours profiter de ses situations, atteindra un niveau de carrière très brillant, plus haut encore que ce qu'il espérait. Cela ne m'étonne pas que le roman ait connu un certain scandale, car Maupassant sait plonger au coeur des hommes et de la société pour en faire ressortir ce que l'on veut justement enfouir. Ce fut une lecture très agréable et fluide. Bel-Ami est un livre sur lequel je conseille de s'arrêter un instant.

Posté par simonbig à - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Guy de Maupassant - Bel-Ami

    Je l'ai lu il y a longtemps...

    Posté par zazimuth, 10 octobre 2013 à 19:10 | | Répondre
  • Deux ans déjà que j'ai laborieusement terminé ce classique... J'avoue que j'ai eu beaucoup de mal, je l'ai trouvé long et ennuyeux. Je ne sais plus pourquoi d'ailleurs...

    Posté par Hime-Chan, 13 octobre 2013 à 14:35 | | Répondre
  • Ah oui, c'est bizarre, moi j'ai beaucoup aimé ! Après, j'imagine que ça dépend de si on est dedans ou pas...

    Posté par simonbig, 13 octobre 2013 à 15:18 | | Répondre
  • Je ne me souviens pas pourquoi je n'ai pas aimé... Pourtant, j'ai adoré les nouvelles fantastiques ("Le Horla" par exemple) et "Pierre et Jean" !

    Posté par Hime-Chan, 13 octobre 2013 à 16:41 | | Répondre
Nouveau commentaire