numérisation0001Résumé :

"Qui veux-tu vraiment être, Nawel?
Qui veux-tu vraiment être?"
Elle le savait désormais.
- Je me nomme Nawel Héliantas...
Un voeu, un simple choix, possédait-il le pouvoir d'orienter une existence entière?
- Je sollicite le droit et l'honneur de revêtir...
Un mot, un unique mot pouvait-il devenir une clef?"

Mon évaluation :

Livre : 8/10

Écriture : 4/5

Suspense : 4/5

Originalité : 3/5

Addictivité : 4/5

Personnages : 3/5

Mon avis : Un bon livre de Bottero, mais aux allures assez redondantes

J'ai ouvert ce livre avec bonne humeur, car j'avais envie de redécouvrir Bottero. En effet, depuis un certain temps, je ne faisais que de relire Le Pacte des Marchombres, alors bien que ce soit très plaisant, cela reste sans grandes surprises. là, j'avais enfin l'opportunité de lire un nouveau livre de Bottero. Et bien j'ai eu l'impression de l'avoir déjà lu.

Le début part plutôt bien, car les idées sont originales, c'est bien écrit, c'est nouveau... Pourtant, au fil de la lecture, je me suis rendu compte de plusieurs choses : tout d'abord, les descriptions sont plutôt lourdes ("Si le labyrinthe de la ville Cendre, avec ses escaliers vertigineux, ses cours secrètes, ses venelles sinueuses, ses toits imbriqués, ses façades ventrues et décrépites, finissait par offrir au marcheur qui l'arpentait un sentiment d'unité, la ville Perle, une fois assimilée sa monolithique majesté, se révélait une sidérante mosaïque d'édifices hétéroclites."). C'est vrai qu'au début c'est plutôt agréable à lire, on est bien dans l'ambiance de magnificence qui règne dans la ville de Perle, mais au bout d'un moment ça paraît plus lourd qu'autre chose. Ensuite Bottero utilise beaucoup de mots compliqués dans ses descriptions, peut être pour étaler son vocabulaire, mais ils sont parfois impossibles à comprendre pour le lecteur auquel le livre est destiné : j'ai pu trouver des mots tels que fallacieuse ou pusillanimité et croyez-moi ce ne sont pas les seuls.

Ensuite, on retrouve clairement les idées de certains livres : les Armures sont semblables aux Marchombres, notamment par leur description : musculature fine, efficace, une grâce qui émane de leur être, des coups portés terribles par leur violence et leur précision, etc. Et puis il y a les Robes de la ville Perle : les Gouvernants, les Prêtres, les Guérisseurs, les Ingénieurs, les Historiens, les Géographes,... C'est facilement identifiable aux Familles dans l'Autre. On peut croire, à ce stade, que Bottero manquait d'imagination, même si le livre comporte de nombreuses idées nouvelles.

Bon, toutes ces lacunes mises à part, je peux dire que c'est tout de même un très bon livre, par son aventure, ses idées, l'écriture de l'auteur, l'évolution de Nawel au cours du livre, les quelques rebondissements et la fin, qui malheureusement ne connaîtra pas de suite. J'aurais bien aimé connaître l'identité des personnages que l'on voit à la fin, même si j'ai ma petite idée sur certains. Quelques moments sont forts, mais pas surprenants alors que c'était le but. C'est tout de même un livre que je pourrais facilement vous conseiller, mais pas en premier dans les livres de Bottero.