Un petit texte drôle, dont le personnage principal devait être différent de moi. Je crois que j'y suis parvenu...

 

" Je remonte lentement les marches de son immeuble, las. J'ai encore passé une journée éreintante, et, pour la millième fois, je me suis promis de remettre dans les plus brefs délais ma démission à mon horrible patron.

Je sort mon trousseau à clef et constate avec étonnement que ma porte est déjà ouverte. Suspicieux, j'avance sur le perron quand soudain un éclair aveuglant vient déchirer l'obscurité.

  • Surprise ! résonne le hurlement crié en choeur, tandis que je frôle l'arrêt cardiaque.

Quelle surprise ? Moi qui en avait horreur...

  • C'est malin, je bougonne dans ma barbe de deux semaines, tout en ramassant mes clés.

Je prend enfin la peine de lever les yeux, geste que je regrette aussitôt. Je peux remarquer que mes parents font partie de la mutinerie, ainsi que ma sœur, et d'autres inconnus qui m'évoquent vaguement quelque chose. Tous affichent un sourire béat et stupide, fier de leur coup. Imbéciles.

  • Quelle surprise ? je prends la peine d'articuler.

Plusieurs sourires disparaissent, et j'en suis bien satisfait. Une homme grand, blond et athlétique, que je déteste aussitôt, prend la parole.

  • Allons, Robert, tu sais bien que c'est ton anniversaire aujourd'hui. Tu as quarante ans !

Et il souffle dans un turban. Allons bon. Mon anniversaire. Je le regarde d'un air consterné.

  • Et alors ? je fais d'un air blasé. Où est le problème ?

Plus personne ne sourit.

  • Et bien, il n'y a aucune problème, explique posément ma mère, et je vois qu'elle fait des efforts pour se contenir, pendant qu'Alain Bernard souffle à nouveau dans son turban. Nous comptions juste te faire une surprise, et fêtez cet événement ensemble.

Magnifique. Vraiment, il ne manquait plus que ça. Je pense que, demain, je vais remettre ma démission à Dieu... "