J'avais déjà parlé sur mon blog de cet auteur. Je l'avais rencontré, même si au départ je le conaissais à peine.

La rencontre s'était très bien déroulé, mieux que ce que j'espérais, à vrai dire. Jamais le silence ne s'est installé. L'auteur nous a dit être né en 1959, "juste après les dinosaures" ajoute-t-il en riant. Il nous a fait un petit desciptif de sa vie avant qu'il ne se tourne vers l'écriture, une passion qu'il a adoptée assez tardivement. Il nous a expliqué qu'il devait rester chez lui pour des raisons familiales, et qu'il avait découvert le plaisir de la littérature en lisant le journal d'André Gide. Ila alors voulu tenter d'écrire lui-même, mais cela fut, selon lui, plutôt difficile, car étant ancien sportif, il n'avaut que 200 mots de vocabulaire dans son répertoire. Il a donc écrit son premier essai un peu "à la va-vite", puis il l'a envoyé à un éditeur. Comme il s'y attendait, celui-ci a refusé de l'éditer, mais il lui a quand même dit que son manuscrit l'intéressait, qu'il faudrait quand même le revoir. Ce qu'il a fait, puis lorsqu'il a ré-envoyé son manuscrit, l'éditeur lui a avoué qu'il n'était plus intéressé. heureusement, il avait une adresse d'éditeur qui pourrait être intéressé. Et voilà comment son premier livre fut édité, un livre plus piur les adultes selon lui.

Et donc, malgré ces débuts fructueux, il a désormais réussi avec plus d'une dizaine de romans jeunesse à son actif.                                                                                                                                                                                               

Il nous a aussi parlé de ses oeuvres, et des romans actuels (ceux de Fantasy par exemple) qui ne l'intéressaient pas. Il a même dit qu'il n'était pas parvenu à lire plus de 100 pages d'Harry Potter. Parmi les thèmes des ses romans, on peut compter l'écologie, l'adolescence, les centrales nucléaires, la guerre... et j'en passe !
christophe-leon-3213943-250-400

Ecologiste jusqu'au bout du nez, il nous a confié qu'il était végétarien, qu'il n'avait ni télé ni ordinateur chez lui, et même qu'il possédait des toilettes sèches ! Il arborait même sur sa veste un badge du réseau "sortir du nucléaire".

Il a écouté et répondu à chacune de nos questions avec application et réflexion (et même humour). Parmi ces réponses, il a dit que le métier d'auteur était très facile, que concernant ses horaires et ses habitudes, il avait d'abord cru qu'il fallait "écrire dans son bureau, sans aucun bruit, avec un chat sur les genoux et beaucoup de café", puis il avait perdu ces habitudes, et il écrit maintenant partout : dans les salles d'attentes, dans un hôtel, dans les trains... ou même aux toilettes !

Bref, après uen heure et demi de dialogue (nous n'avions pas vu le temps passer), il nous a proposé quelques activités d'écritures : la première, par exemple, était de trouver un mot qui nous caractérisait entièrement, et d'expliquer pourquoi. En tant que maître du jeu, il a commencé, et nous a dit que son mot à lui c'était couscous ! Il nous adit que, étant d'origine algérienne, il en mangeait beaucoup étant petit, que sa mère et lui adoraient en cuisiner...

Nous somes ensuite passés aux dédicaces et (honte à moi !) je n'avais aucun livre à lui faire dédicacer. Evidemment, je l'ai regretté, même si je garderais un souvenir innefaçable de cette belle rencontre...