Voici un petit texte écrit mar une membre de Booknode, Elya. J'ai beaucoup aimé ce texte, tant par la profondeur du personnage que par l'écriture. A vous d'en juger...

J'aime le silence. Ou l'absence de bruit, c'est comme on veut. Je rêve souvent d'une foule silencieuse et totalement immobile. Un rêve irréalisable, j'en ai bien conscience. Même dans un cortège funèbre, les gens parlent. Moi, sur mon cercueil, je ferais écrire : "silence, enterrement en cours, merci".
Au collège, je peux à peine suivre la voix des profs tellement les bruits parasites sont nombreux. Ils envahissent mon cerveau, invincibles, pour m'empêcher de de réfléchir. J'en ais presque peur, de ces minuscules frottements, de ces grattements de stylos sur les feuilles qui sont toujours là, à guetter le moment où je serais vulnérable... 
Je ne peux absolument rien contre le bruit, malgré tous mes efforts pour ne rien laisser tomber, pour marcher sans faire de bruits...
Tous croient que je suis muet, mais c'est faux. Je ne parle que lorsque c'est absolument nécessaire. Nuance. 
C'est juste que je ne supporte pas le bruit de ma propre voix. L'avantage pour mes parents, c'est que je ne crie jamais.
Mais pourrais-je encore continuer longtemps à m'enfermer dans le silence sans me heurter aux autres, sans me heurter à la vie ?