Comme vous aurez pu le constater, Pierre Bottero occupe pour moi une place une place des plus importantes dans la littérature jeunesse. 

Pierre+BotteroIl a su faire de ses mots, de ses phrases, de ses romans une oeuvre d'art. Dès que je plonge dans un livre de Bottero, pour la première ou pour la centième fois, j'ai la certitude de quitter ce monde. De me retrouver là-bas, effectuant un pas sur le côté, en Gwendalavir. Je reviendrais dessus après.

Bien qu'ils nous ait quitté, Pierre continue de vivre à travers ses livres, mais aussi dans le coeur de ses nombreux fans. Des forums actifs, des sites, des blogs lui sont dédiés, et je suis persuadé qu'il le sait. Qu' Ellana ou qu'Ewilan lui murmure à son oreille que nous pensons toujours à lui. Comme les MarchOmbres, il a su faire des mots une arme ; comme les Dessinateurs, il a su créer un univers entier du néant.

Il a, malgré lui, guidé mes pas sur la voie de l'écriture. D'ailleurs, il y a eu une période où l'on sentait pronfondément son influence dans ce que j'écrivais. J'ai su m'en défaire, mais pas totalement, car je garde encore une part de lui à chaque fois que j'écris. Je ne sais pas si j'en serais là, sans lui, si j'écrirais encore, car en plus de me dire comment faire, il y avait sa voix qui, dès que je n'avas plus envie d'écrire, me disait " vas-y...".

"Limites sans cesse repoussées
Plaisir infini
Ecriture. "

 

sc6iylcc

Son meilleur ouvrage reste, selon moi, Le pacte des MarchOmbres. Ce fut mon premier livre de cet auteur que je lus, et il reste encore aujourd'hui mon préféré, devant L'Autre, La Quête d'Ewilan ou Les Mondes d'Ewilan. Son introduction au roman est magnifique, et après l'avoir terminé j'ai su que le livre n'était pas commun. Peut être que je me fais des idées, peut être que ce livre est banal, que ces personnages n'ont jamais existés, ou que Gwendalavir n'existe pas vraiment. Peut être pas.

En tout cas, j'ai été projeté ailleurs, comme si une main invisible m'avait poussé dans le livre, et que j'étais tombé dedans. J'ai suivi Ellana, je l'ai vu faire des rencontres des plus étonnantes, parfois pour son bonheur, parfois pour son malheur. Je l'ai vu grandir, évoluer aux côtés de son maître, Jilano. Et je n'ai pas regretté le voyage.

Je suis sûr que vous êtes comme moi, que nous sommes unis par un lien invisible : nous sommes tous allés en Gwendalavir. Nous avons tous goûtés à la magie des mots de Pierre Bottero. Quand nous sommes entrés, nous nous sommes émerveillés, nous avons rit, nous avons retenus notre souffle, et quand nous sommes sortis... Nous nous sommes demandés un instant où nous étions, et pourquoi. La réalité, sans les mots de Pierre, était moins belle. Elle avait moins d'odeurs, moins de saveurs. C'est pour cela que je relis ce livre dès que j'en ai l'occasion, sans jamais m'en lasser. C'est devenu comme un rituel, désormais : je connais le livre, il me connaît. Mes mains épousent parfaitement la forme du livre, et je prends une dernière inspiration avant de m'en aller. Et même si je sais que le voyage ne sera pas éternel, j'ai la certitude d'être heureux pendant encore un bon moment...                                                                                                                                                

Unknown

Parlons à présent de son monde. Gwendalavir. Un monde très vaste, peuplé d'êtres fantastiques à la diversité impresionnante ainsi que riche en endroits fabuleux.

Des endroits d'une beauté à couper le souffle tels que l'Arche, des villes somptueuses comme Al-Jeit... Moi qui écrit de la Fantasy, je me demande vraiment comment Bottero a créé tout cela.

J'aime beaucoup regarder la carte, et écrire des légendes sur eux. Je prend un endroit comme le désert des Murmures, et j'écrit une courte histoire qui se passe là-bas. Cela me détend, et me fait beaucoup de bien. Ces dans ces moments-là que Pierre semble plus présent que jamais. 

 

 

Encore une chose que j'adore faire, c'est de lire et relire les conseils d'écriture de cet auteur. Ils ont été publiés dans une certaine édition de Ellana, et je n'arrête pas d'écrire une fois que je les ai lus. En plus d'apporter l'inspiration et de nous dire comment s'y prendre, ils sont écrits avec la poésie si chère à cet auteur. A tous, je vous les conseilles, alors si vous les voulez, n'hésitez pas à me le demander et à m'envoyer un mail. Même si vous n'écrivez pas, les lire fait beaucoup de bien...

Voilà, cette longue chronique sur mon auteur favoris est terminé, j'espère qu'elle vous aura plu. J'aimerais terminer par un immense merci à pierre Bottero, sans qui rien de tout cela n'aurait été. merci à lui.

" Et l'enchanteur, maître des mots et des fleurs,

naquit,

enfant sage au mileu des tumultes."