a

Résumé :

Le crime règne partout sur la planète, qui sera bientôt secouée par un important désastre. Refusant de se décourager, Képhas et Océlus tentent de sauver autant d’âmes qu’ils le peuvent avant l’arrivée au pouvoir de l’Antéchrist.

De son côté, terré à Jérusalem, Thierry Morin a subi une profonde transformation psychologique après l’ingestion de la glande mnémonique de son mentor. Alors qu’il essaie d’empêcher une guerre sanglante entre les Anantas et les Dracos, il se retrouve obligé d’éduquer deux jeunes Nagas qu’il a recueillis.

Quant à Cédric Orléans, aux commandes de sa nouvelle base, il est déchiré entre la crise de conscience d’Aodhan Loup Blanc et les ordres de contenir la croissance des disciples de Cael Madden. Et ses jeunes agents inexpérimentés ne sont pas prêts à affronter le pire…

Mon évaluation :

Livre : 6/10

Ecriture : 2/5

Suspense : 4/5

Originalité : 3/5

Addictivité : 4/5
 
Personnages : 2/5
 
Livre lu et noté : 13 ans
 

Mon avis :Une petite déception pour un livre assez plat


J'ai lu ce livre juste après avoir terminé les trois tomes "Les Misérables", de Victor Hugo, ce qui explique sans doute pourquoi je l'ai moins apprécié que les précédents. Bien que je savais qu'Anne Robillard n'était pas classé dans la haute littérature, j'en attendais tout de même plus de sa part. Au départ, le livre se laisse lire et on n'est jamais surpris. Les rebondissements et l'action arrivent vers la fin (ce qui est typique d'Anne Robillard), et je trouve ça plutôt dommage.

L'auteur survole certains moments alors qu'ils mériteraient qu'elle leur accorde plus d'importance, ce qui les rends incohérents et parfois pathétiques.
 Par exemple, un habitant anonyme de Jérusalem se fait tirer dessus à un moment. Yahuda arrive, lui fait pardonner ses pêchés, et l'homme meurt avec un sourire aux lèvres.

Je ne demande pas à Robillard de m'écrire une thèse entière sur la mort de cet homme, juste de ne pas l'écrire ou alors de lui consacrer plus d'une demie-page. Ce passage m'est resté en mémoire, mais pas du bon côté, car il est plutôt naïf et on sent là que la mort est quelque chose de simple, et que, vu que ce personnage n'était pas important, on s'en fiche un peu...

Ce n'est qu'un exemple, évidemment, mais j'ai voulu là illustrer mon sentiment vis-à-vis de certains extraits du roman.

Alors oui, on ne peut pas dire que j'ai détesté ce livre, mais pas non plus que je l'ai adoré, ce livre se laisse trop lire. De plus, les personnages sont  vides, on savait presque déjà tout sur eux, et il n'y a rien à démêler. L'intrigue n'est pas assez présente.

Spoiler : ne pas lire pour ceux qui n'ont pas lu le livre :

J'ai remarqué ensuite que, dans ce tome, tous les personnages deviennent reptiliens, on dirait qu'Anne Robillard ne savait plus quel rebondissement inventer. Elle met donc tous ces personnages de race reptilenne, et j'ai trouvé ça dommage.

Fin du spoiler


Bref, je ne sais pas encore si j'achèterais la suite, car j'ai bien l'impression qu'Anne est à court d'inspiration et de rebondissement originaux. Il faut bien la comprendre, autrement, elle écrit Les Ailes d'Alexanne, ANGE, les héritiers d'Enkidiev et Terra Wilder. Sans doute devrait-elle se consacrer à seulement un ou deux ouvrages et ainsi rendre ses oeuvres plus entraînantes...